06/06/2012

Lecture: Herta Müller, Animal du coeur

couverture, herta müller, animal du coeur, roumaniePendant un séjour récent en Roumanie, j'avais pris avec moi le dernier livre paru en français de Herta Müller, prix Nobel de littérature, écrivaine originaire de la minorité germanophone roumaine: Animal du coeur. Le roman est paru en allemand en 1994, 5 ans après la chute de Ceocescu donc. Incontestablement très bien écrit mais fortement déconseillé aux dépressifs. On vit de manière froide mais très juste ce que la dictature peut faire sur l'esprit des gens: beaucoup de vide, d'ennui dans une ambiance suffocante. La fuite incertaine, le suicide, l'exil pour ces Roumains allemands dont Müller raconte l'histoire sans complaisance pour leur collaboration avec le nazisme. On ne peut s'en sortir que si l'on préserve son "animal de coeur". Au même moment l'université de Iasi où j'étais faisait docteur honoris causa un autre géant de la littérature roumaine, établi, lui, aux États-Unis: Norman Manea. Je n'ai encore rien lu de lui. Norman Manea est juif. Il ne reste plus beaucoup de juifs en Roumanie. Un nombre certain ont été victimes de progroms, mais la plupart se sont exilés après la guerre. Ma collègue roumaine me disait que si elle admirait Müller sur le plan littéraire, elle ne l'aimait pas trop sur le plan humain: "Elle n'a pas pardonné." Je pense qu'elle a voulu dire que de livre en livre, elle revient sur les mêmes thèmes: ce que fait la dictature sur l'esprit humain, l'exil... On peut en effet regretter qu'elle ne passe pas à autre chose, comme l'ont fait la plupart des Roumains. Je suppose que l'écriture est une catharsis pour elle, et quelle écriture!

16:55 Écrit par Pascaline Merten | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |