21/11/2011

Des liseuses et des formats

Le Kindle est en vogue, emporter toute sa bibliothèque à la plage, quel rêve! Oui mais, si son prix est plus qu'abordable et la kindlothèque imposante, il faut néanmoins se poser la question des formats. En achetant une Kindle, vous adoptez un système fermé (Amazon et la Kindle ne sont pas les seuls me direz-vous, mais là n'est pas le problème!). Le format des e-livres sur Kindle est nativement le format AZW, format propriétaire d'Amazon. Amazon vous dira qu'utiliser son propre format permet d'évoluer plus vite. Certes, mais il faut savoir que vous ne trouverez pas tous les livres souhaités sous ce format et qu'il vous faudra éventuellement convertir.

Il existe un format libre, ePub. C'est un bon format pour des ouvrages simples, pour des BD, il laisse à désirer. Mais il est libre! Il existe des convertisseurs ePub <-> AZW (Calibre, e. a.), mais ils ne fonctionneront pas si le livre est protégé par droits d'auteur numérique (DRM).

À vous de voir si vous souhaitez entrez dans le monde enivrant du commerce selon d'Amazon et la jungle des conversions. Vous pouvez aussi vous amusez à détourner ses contraintes.

Mais pourquoi les États ne légifèrent-ils pas? Je suis tout à fait d'accord de payer des droits d'auteur sur les livres, qu'ils soient papier ou numérique. mais je n'accepte pas que la numératisation nous rendent dépendants de sociétés commerciales comme Amazon.

 

Voir aussi : http://onsoftware.softonic.fr/livres-electroniques-quelle...

13:17 Écrit par Pascaline Merten | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/11/2011

Google+ supprime son +

Sans l'annoncer, Google a supprimé l'outil + de son outil En ajoutant le signe + devant un mot, on forçait Google a faire "remonter" ce terme dans les résultats. En effet, depuis ses débuts à la fin des années 90, Google a affiné, amélioré ses algorithme de recherche, corrigeant les fautes d'orthographe, "devinant" ce que l'internaute recherche (en enregistrant et en analysant les requêtes que nous effectuons et la manière dont nous réagissons aux résultats). L'ordre des résultats est fonction de son "page ranking" et de l'utilisation de "ad words". Tout cela est donc loin d'être neutre même si l'outil est très satisfaisant pour  le commun des utilisateurs et des utilisations. Mais on peut aussi faire des recherches plus pointues, où l'on ne cherche pas un hôtel parce qu'on tape Paris... Pour cela, le "+" remplaçait un vrai "et" logique. 

Google l'a supprimé sans l'annoncer, parce que, dit-on, il servira désormais à chercher des profils sur le réseau Google+. Il se dit aussi que certains services (comme iGoogle que j'aimais bien parce qu'il me donait un aperçu d'infos sur des sujets ou tirés de journaux qui m'intéressent) ont été supprimé parce que la société n'a plus le temps de faire bosser ses experts sur grand-chose d'autre que son réseau social.

Le + est remplacé par des guillemets. C'est évidemment plus lourd.

Alors pourquoi râle-t-on? Parce qu'on a perdu un outil facile? Parce que nos habitudes doivent changer, en plus lourd? Parce que c'est au profit d'un ixième réseau social auquel on ne s'intéresse pas? Parce que Google n'a rien dit? Ou par une réaction à la Til Uylenspiegel où l'on s'énerve de voir le poids de  plus en plus important de Google, dans toutes les sphères de nos activités en ligne, poids que nous avons nous-mêmes contribué à lui accorder, dont il abuse, et à ce point sans vergogne que ses utilisateurs ne valent même pas la peine qu'on les tiennent informés.

Pourtant, je me suis inscrite sur Google+ parce que la mainmise de Facebook sur l'Internet m'agace, j'ai un téléphone Android parce que la suprématie d'Apple me laisse sceptique. J'utilise de temps en temps Google Translate tout en sachant que mes requêtes contribuent à l'amélioration du système. Mais où s'arrêteront-ils? Si la facilité et les relations virtuelles se font au détriment de la liberté la plus banale, celle d'être informé ou de maîtriser mes critères de recherche, je ne suis plus d'accord!

 

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2011/11/04/_-comment-go...

http://waxy.org/2011/10/google_kills_its_other_plus/

13:44 Écrit par Pascaline Merten | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Marché mondial des jeux vidéo, 2011-2015

En 2011, le marché mondial du jeu vidéo (équipements + logiciels) s'élèvera à 52.1 milliards EUR contre 51.9 EUR en 2010.

Cette légère croissance (+0.4%) entre 2010 et 2011 est imputable au dynamisme des segments de marché du jeu en ligne et du jeu sur téléphone mobile, qui compense une baisse des revenus du segment des jeux sur consoles de salon.

À partir de 2012, le chiffre d'affaires global du secteur devrait à nouveau enregistrer une croissance significative (+5.3%) et une croissance à deux chiffres en 2013 et 2014, grâce à la commercialisation des consoles de salon nouvelle génération.

Marché mondial des jeux vidéo, 2011-2015 (millions EUR)

Marché mondial des jeux vidéo, 2011-2015 (millions EUR)

http://www.afjv.com/news.php?id=311&title=marche_mond...

11:08 Écrit par Pascaline Merten | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |