24/11/2012

La 'brain machine' d'IBM

Data News, Guy Kindermans 22/11/2012:

 

La recherche sur les ordinateurs qui brisent le carcan de l’architecture sérielle von Neumann, a déjà pris différentes formes, comme par exemple les réseaux neutres. Une autre approche est ce qu’on appelle une structure ‘neuromorphique’ basée sur celle des neurones et des synapses dans le cerveau. Le projet Compass d’IBM fait partie de cette catégorie et a atteint un nouveau niveau avec 53x10 exposant 10 neurones et 1,37x10 exposant 14 synapses, basé sur le superordinateur Sequoia 96-rack IBM Blue/Q au sein du laboratoire de recherche Livermore Lawrence. Ce système comprend 1.024 ‘compute nodes’ par armoire (rack) et 17 noyaux de processeur par ‘compute node’. A l’aide de l’architecture IBM TrueNorth Cognitive Computing, l’on a simulé par-dessus le modèle CoCoMac (la connectivité structurelle dans le cerveau d’un singe macaque). 

Le but n’est pas d’imiter directement le cerveau humain, mais de créer un système informatique capable d’exécuter un traitement (davantage) parallèle. Bien qu’un pionnier tel Ray Kurzweil estime que d’ici 2029, un système ‘neuromorphique’ basé sur des données cérébrales détaillées réussira le test de Turing (et ne pourra plus dans ses réponses être distingué d’un humain). Dans un article paru dans The New Yorker, un auteur comme Gary Marcus voit cependant les choses autrement. Il y indique qu’au cours des 25 dernières années, l’on n’est pas encore parvenu à simuler correctement le ‘cerveau’ de l’ascaris C.Elegans dans un ordinateur et ce, même si le diagramme exact des 302 neurones est connu. 

Néanmoins, ces travaux demeurent intéressants car il est plus qu’évident qu’un tas de problèmes et de questions ne peuvent être directement résolus au moyen des systèmes informatiques classiques. C’est la raison pour laquelle l’on accorde aussi autant d’attention au développement d’ordinateurs quantiques.

http://datanews.levif.be/ict/actualite/la-brain-machine-d-ibm/article-4000211797574.htm?nb-handled=true&utm_medium=Email&utm_source=Newsletter-22/11/2012&utm_campaign=Newsletter-RNBDATANFR 

23:35 Écrit par Pascaline Merten dans Science | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

06/06/2012

Lecture: Herta Müller, Animal du coeur

couverture, herta müller, animal du coeur, roumaniePendant un séjour récent en Roumanie, j'avais pris avec moi le dernier livre paru en français de Herta Müller, prix Nobel de littérature, écrivaine originaire de la minorité germanophone roumaine: Animal du coeur. Le roman est paru en allemand en 1994, 5 ans après la chute de Ceocescu donc. Incontestablement très bien écrit mais fortement déconseillé aux dépressifs. On vit de manière froide mais très juste ce que la dictature peut faire sur l'esprit des gens: beaucoup de vide, d'ennui dans une ambiance suffocante. La fuite incertaine, le suicide, l'exil pour ces Roumains allemands dont Müller raconte l'histoire sans complaisance pour leur collaboration avec le nazisme. On ne peut s'en sortir que si l'on préserve son "animal de coeur". Au même moment l'université de Iasi où j'étais faisait docteur honoris causa un autre géant de la littérature roumaine, établi, lui, aux États-Unis: Norman Manea. Je n'ai encore rien lu de lui. Norman Manea est juif. Il ne reste plus beaucoup de juifs en Roumanie. Un nombre certain ont été victimes de progroms, mais la plupart se sont exilés après la guerre. Ma collègue roumaine me disait que si elle admirait Müller sur le plan littéraire, elle ne l'aimait pas trop sur le plan humain: "Elle n'a pas pardonné." Je pense qu'elle a voulu dire que de livre en livre, elle revient sur les mêmes thèmes: ce que fait la dictature sur l'esprit humain, l'exil... On peut en effet regretter qu'elle ne passe pas à autre chose, comme l'ont fait la plupart des Roumains. Je suppose que l'écriture est une catharsis pour elle, et quelle écriture!

16:55 Écrit par Pascaline Merten | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/03/2012

Paul Otlet, le fondateur de la DCU, bientôt googelisé

Paul Otlet, un des pères de la bibliographie moderne, a créé la CDU, Classification décimale universelle, pour le catalogage et le rangement physique des livres. Son musée, le Mundaneum, créé avec Henri Lafontaine en 1910, reprend des kilomètres d'archives: une sorte d'encyclopédie de son temps, ou, comme le dit l'article, un "Google papier".

Précisément, Google va collaborer à la nuémrisation de ces archives.

J'ai une pensée émue pour ce personnage qui me renvoie au souvenir de mes études et qui fait partie de cette longue lignée de penseurs qui ont voulu décrire le monde pour le rendre plus accessible à tous et plus fraternel.

15:43 Écrit par Pascaline Merten | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |